J’ai testé : le no-poo

J’ai testé : le no-poo

EDIT DU 06/06/2019 : J’ai mis à jour l’article pour qu’il reflète ma routine actuelle. Depuis 2016, j’ai découvert de nouvelles choses, notamment les shampoings solides et les poudres argileuse et ayurvédiques.

Je vous vois venir avec vos airs dégoûtés et dépités, mais je vous assure que je ne suis pas sale! Je sens même bon… Bref, je testé le no-poo.

En novembre 2016 et pour environ 6 mois, je n’ai presque mis aucun shampoing du commerce dans mes cheveux. Cette expérience à complètement remis en question ce que je pensais savoir sur les shampoing et surtout a changé ma vie capillaire.

Aujourd’hui, je ne pratique plus strictement le no-poo mais ma routine cheveux s’en inspire. Je vous explique tout !

 

Qu’est ce que le no-poo ?

Il s’agit tout simplement, comme je l’ai dit en tout début d’article, de ne plus utiliser de shampoing. Il existe plein de solutions alternatives et beaucoup plus naturelles que se décaper le crâne à coup de produits chimiques (voir plus bas).

 

Pourquoi pratiquer le no-poo ?

Votre crâne produit tout seul l’huile dont il a besoin pour nourrir les cheveux : le sébum. Au lieu de tout retirer pour ensuite appliquer des après-shampoing et autres soins en tout genre, pourquoi simplement ne pas garder sa propre huile ?
Evidemment, le no-poo apporte de nombreux avantages pour la santé : cheveux plus beaux, plus forts, moins de produits chimiques… Il faut savoir aussi que les shampoings traditionnels, vendus dans le commerce contiennent des perturbateurs endocriniens : vos hormones sont toutes chamboulées. Que vous souffriez ou non d’un dérèglement de vos hormones (vive les SOPK, yeah!) ou non, vous ne voulez pas ça, croyez-moi!

 

Quels sont les avantages et inconvénients du no-poo ?

Voici quelques uns des avantages :

  • Cheveux plus soyeux et brillants
  • Cheveux en meilleure santé
  • Cheveux plus rapides à sécher
  • Solution très économique
  • Moins de déchets (ingrédients achetés en vrac)
  • Gain de temps considérable

Et les inconvénients :

  • Période de transition pouvant être assez longue (4 à 6 semaines)
  • Nécessité de s’attacher souvent les cheveux à l’approche d’un nouveau « lavage »
  • Cheveux électriques au début

 

Comment pratiquer le no-poo ?

Pour la pratique du no-poo, il y a plusieurs méthodes :

  1. Ne rien utiliser à part de l’eau et une brosse en poils de sanglier
  2. Faire en plus du brossage des lavages à l’aide de fécule
  3. Faire en plus du brossage des lavages à l’aide de poudres argileuses ou ayurvédiques
  4. Faire en plus du brossage des shampoings maison à base de fécule

 

Pour ma part, je pratique une combinaison des trois options. Je vous les explique tout de suite :

  • Méthode #1 : Se brosser les cheveux avec une brosse en poils de sanglier
    Se brosser toute la chevelure à l’aide d’une brosse en poils (naturels) de sanglier. Répéter le plus souvent possible, au minimum une fois par jour, en insistant sur les zones les plus grasses.
    De temps en temps, rincer ses cheveux à l’eau ou au vinaigre.
    Bien nettoyer sa brosser après chaque utilisation en la trempant une dizaine de minutes dans de l’eau savonneuse (après avoir enlevé tous les cheveux).
    NB : En n’utilisant cette méthode le temps de transition peut être vraiment long…

Brosse en poils de sanglier

  • Méthode #2 : Laver les cheveux à l’aide de fécule
    Sur cheveux secs, appliquer de la fécule (tapioca ou arrow-root par exemple). Bien frotter. Rincer longuement (pour ne pas avoir des restes de fécule une fois les cheveux secs.
    NB : Vous pouvez aussi mouiller vos cheveux et faire une pâte avec de l’eau et la féculer. Appliquez puis bien rincer. 

Fécule de tapioca

  • Méthode #3 : Utiliser des poudres argileuse ou ayurvédiques
    Faire une pâte avec une ou plusieurs poudres ayurvédiques (rhassoul, shikakaï…).
    Appliquer sur cheveux mouillés. Laisser poser de quelques minutes à une heure.
    NB : Pour plus d’infos sur les poudres ayurvédiques, retrouvez un article ici.
  • Méthode #4 : Utiliser un « shampoing » à base de fécule et bicarbonate pour nettoyer en profondeur.
    Préparez votre shampoing.
    L’appliquer sur cheveux mouillés puis bien rincer.
    NB : Méthode plus qu’efficace mais qui décape un peu. Je l’utilise que pour nettoyer en profondeur mes cheveux… Grand maximum une fois par mois pour moi! 

Shampoing maison

 

Quels ont été les résultats obtenus sur mes cheveux ?

La première étape de mon passage au no-poo a bien évidemment été d’arrêter le shampoing. J’ai commencé par me brosser les cheveux les 6 premières semaines.

Une semaine après avoir commencé le brossage et les rinçages, mes cheveux paraissaient sales détachés. Attaché, on n’y voyait que du feu! Les cheveux se coiffent très bien et rapidement. Il faut dire aussi que j’ai les cheveux particulièrement raides et épais. Ça aide. Je ne sais pas du tout comment peuvent réagir d’autres types de cheveux.

Après une semaine de brossage

Après quatre semaines de brossage et rinçage (seulement!), l’état de mes cheveux s’est améliorés. Ils paraissent moins sales et je pouvais désormais faire des queues de cheval au lieu de ne porter que des chignons bien tirés…

Après quatre semaines de brossage

Pendant la période de transition, si vous vous attachez les cheveux, personne ne remarquera que vous faites du no-poo! Même au travail, personne ne l’a remarqué. Cette période peut durer 4 à 6 semaines. Personnellement je ne suis pas allée jusqu’au bout même si je voyais de l’amélioration. Après six semaines de cheveux gras, j’ai voulu tester une recette de shampoing maison. Même si je voyais quelques améliorations, j’avais bien envie d’avoir les cheveux un peu détachés…

Après le shampoing maison et une fois les cheveux séchés, j’ai retrouvé ma chevelure d’antan! C’était vraiment agréable. Ils étaient bien propres, le tout sans produit chimique!

Après un shampoing maison (vue de dos)

Après un shampoing maison (vue de face)

Une semaine après le shampoing, le résultat était toujours là! Une petite note ici, plus vous espacez les shampoing maison, moins vite vos cheveux vont regraisser. C’est une raison pour laquelle je les limite et les espace le plus possible.

Après un shampoing maison

J’ai aussi testé la version fécule. J’ai bien aimé laver mes cheveux sans les décaper. Le résultat est très satisfaisant. C’est une de mes méthodes préférées.

Après un lavage à la fécule

 

Et aujourd’hui ?

Après avoir testé plusieurs méthodes, j’ai réussi à trouver un bon équilibre :

  • Je me brosse les cheveux souvent (tous les un à deux jours), c’est même devenu un moment de détente. Parfois mon chéri me le fait, j’adore!
  • Je me lave les cheveux un peu moins d’une fois par semaine. J’alterne entre poudres, fécule et shampoing solide (naturel mais contient un tensioactif, je limite mais ça reste bien pratique).

Pour l’instant je n’envisage pas retourner au shampoing traditionnel. Si j’ai choisi m’inspirer du no-poo c’est justement pour limiter les dérèglements hormonaux.

Je ne dis pas non plus que je ne vais jamais plus me laver les cheveux avec du shampoing du commerce. Par exemple, quand j’irai chez le coiffeur et qu’il me lave les cheveux au shampoing, je n’en ferai pas tout un plat.

Pour l’instant, cela me convient et me correspond très bien. Je vous en donnerai des nouvelles!



4 thoughts on “J’ai testé : le no-poo”

Laisser un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :